INWIN Rennes https://rennes.inwin.fr Digital Expert Fri, 15 Jun 2018 13:54:27 +0000 fr-FR hourly 1 https://rennes.inwin.fr/wp-content/uploads/sites/10/2018/06/cropped-logo-inwin-2-32x32.png INWIN Rennes https://rennes.inwin.fr 32 32 Comment optimiser une campagne Google Adwords ? https://rennes.inwin.fr/blog/2018/01/04/comment-optimiser-une-campagne-google-adwords/ Thu, 04 Jan 2018 11:21:14 +0000 https://rennes.inwin.fr/?p=6097 Le service Google Adwords, au delà d’être la principale source de revenu du moteur de recherche, permet à n’importe quelle entreprise de conquérir la première place des résultats de recherche dans Google de manière quasi immédiate et pour un budget connu à l’avance. En complément de ses efforts de référencement naturel qui portent toujours leurs fruits s’ils sont […]

Cet article Comment optimiser une campagne Google Adwords ? est apparu en premier sur INWIN Rennes.

]]>

Le service Google Adwords, au delà d’être la principale source de revenu du moteur de recherche, permet à n’importe quelle entreprise de conquérir la première place des résultats de recherche dans Google de manière quasi immédiate et pour un budget connu à l’avance. En complément de ses efforts de référencement naturel qui portent toujours leurs fruits s’ils sont bien menés, Google Adwords est donc une solution de visibilité très pertinente. Encore faut-il en maîtriser les subtilités afin d’optimiser le budget que vous pourriez décider d’y consacrer.

Campagne google Adwords : qu’est-ce que c’est ?

Adwords est un système de gestion de la publicité sur internet lancé par Google en 2000 et basé sur l’achat de mots-clés. Une campagne Adwords est donc une campagne d’achats de mots-clés en relation avec les produits et/ou services d’une entreprise. Elle permet à l’entreprise d’apparaître dans la première partie d’une page de résultats de recherche (voir visuel ci-dessous). Autrement dit, elle permet d’accroître la visibilité de l’entreprise sur la toile sans faire d’efforts d’optimisation techniques ni sémantiques de son site Internet.

Utilité d’une campagne Google Adwords

Plusieurs avantages découlent de la mise en place d’une campagne Adwords :

  • elle offre à l’entreprise la possibilité de soigner la présentation d’une entreprise et de choisir son public grâce aux mots-clés et aux critères de ciblage en relation avec les attentes des internautes et le positionnement webmarketing décidé par l’entreprise
  • elle permet à l’entreprise d’obtenir immédiatement plus de visibilité, et favorise l’accroissement de son activité et donc du chiffre d’affaires.
  • elle contribue à renforcer la présence de l’entreprise sur un grand nombre de mots-clés même très compétitifs.
  • la mise en ligne des annonces est extrêmement simple et rapide. L’entreprise peut rapidement mesurer les effets de ses campagnes et recevoir les premières demandes de contact si l’optimisation a été correctement réalisée.
  • avec le principe de facturation au clic, Google Adwords présente également l’intérêt d’être accessible, quel que soit le budget alloué à la campagne publicitaire, et donc de définir un budget maximal sur une période donnée. Adwords offre la possibilité de conduire plusieurs campagnes de façon simultanée, permanente, ou ponctuelle, en appui au référencement naturel.
  • les informations statistiques collectées durant la campagne Adwords permettent d’épurer les mots clés inutiles et de choisir ceux qui performent le mieux
  • pour les sites de vente en ligne, les données recueillies lors des campagnes Adwords permettent d’identifier le nombre de commandes générées par chaque mot-clé, offrant ainsi la possibilité d’optimiser le retour sur investissement.

Mise en place d’une campagne Google Adwords

Mettre en place une campagne Google Adwords est relativement simple. Cela commence tout d’abord par l’ouverture d’une compte. Ensuite, les étapes sont les suivantes :

  • définir un objectif spécifique (appel téléphonique, téléchargement d’un document, remplissage d’un formulaire de contact par exemple) et le faire figurer clairement sur la landing page :  la page de destination du site web sur laquelle l’internaute arrive après avoir cliqué sur l’annonce sponsorisée.
  • la landing page est quasiment un pré-requis parce qu’il est rare que les pages d’un site Internet soient optimisée spécifiquement en vue de remplir un objectif précis.
  • soigner les paramètres de la campagne : il s’agit ici de déterminer certains paramètres majeurs comme la localisation géographique, le public cible (âge, sexe…), la sélection de la ou des langues correspondant à l’audience ciblée, le type de terminal sur lequel l’annonce doit s’afficher (smartphone, tablette, ordinateur), les jours et heures où l’annonce doit s’afficher.
  • élaborer un budget global puis le fragmenter en budget quotidien. L’enveloppe allouée à la campagne dépendra bien sûr de vos moyens. Google vous indiquera rapidement si votre budget est suffisant ou pas. Vous pourrez ainsi décider si vous souhaitez l’augmenter ou pas
  • sélectionner des mots-clés est l’une des étapes les plus importantes du processus. Il est indispensable d’y apporter un soin particulier. On veillera à choisir des mots, des expressions et des éléments de champs lexicaux susceptibles d’être utilisés par les internautes, de façon à permettre une identification facile même en cas de requête élargie. Il est possible de regrouper les mots-clés par produit, par marques, par type de gammes de produits ou par offre afin de faciliter le positionnement par groupe d’annonces. La rédaction du texte d’annonce est également une étape importante. Vous aurez ainsi accès à l’évaluation des coûts par requête.

 

Optimisation d’une campagne Adwords

L’optimisation de campagne Google Adwords permet de maximiser le nombre de clics efficaces : on parle ici des clics qui rempliront l’objectif préalablement fixé. Une parfaite optimisation de campagne passe d’abord par une bonne segmentation. Il faut ensuite s’assurer de la rentabilité de la campagne en installant des outils de mesure et en planifiant leur évaluation. Pour ce faire, le coût de conversion de chaque mot-clé sera indiqué par l’outil statistique de Google Adwords.

Un autre outil majeur d’optimisation de campagne est l’extension d’annonce. Elle contribue à augmenter l’efficacité de la campagne en apportant un supplément d’informations ou d’arguments : votre numéro de téléphone, une précision sur un service et/ou produit, votre adresse postale etc.

Il est également conseillé d’évaluer l’efficience de la campagne en procédant à des tests A/Bau sein d’un groupe d’annonces. La légère modification ou le remplacement d’un mot par un autre dans le groupe d’annonces conduira à des résultats différents selon la perception des clients cibles.

Enfin, le diagnostic de la qualité de la landing page permet également d’optimiser la campagne. Google Analytics est l’outil idéal pour réaliser ce diagnostic. Le temps passé sur la landing page peut faire partie des critères à prendre en compte. De façon générale, la landing page doit être accueillanteprécise et objective pour inciter les internautes à y passer du temps. Elle doit surtout répondre au besoin pour lequel a cliqué sur l’annonce. Si la réponse qu’il y trouve est trop éloigné de la proposition de départ, les résultats s’en verront fortement dégradés.

Cet article Comment optimiser une campagne Google Adwords ? est apparu en premier sur INWIN Rennes.

]]>
Qu’est-ce que le taux de rebond et comment l’améliorer ? https://rennes.inwin.fr/blog/2018/01/04/quest-ce-que-le-taux-de-rebond-et-comment-lameliorer/ Thu, 04 Jan 2018 11:17:20 +0000 https://rennes.inwin.fr/?p=6102 Se pencher sur les statistiques de fréquentation d’un site Internet est un excellent réflexe pour tenter de comprendre le comportement de ses prospects et/ou clients et tenter ainsi d’améliorer leur expérience de navigation par des modifications esthétiques, techniques ou rédactionnelles. Google Analytics (l’outil le plus populaire d’audit de la fréquentation d’un site Internet) permet d’accéder à […]

Cet article Qu’est-ce que le taux de rebond et comment l’améliorer ? est apparu en premier sur INWIN Rennes.

]]>
Se pencher sur les statistiques de fréquentation d’un site Internet est un excellent réflexe pour tenter de comprendre le comportement de ses prospects et/ou clients et tenter ainsi d’améliorer leur expérience de navigation par des modifications esthétiques, techniques ou rédactionnelles. Google Analytics (l’outil le plus populaire d’audit de la fréquentation d’un site Internet) permet d’accéder à énormément de données différentes. l’une d’entre elle peut paraître nébuleuse à certains : il s’agit du taux de rebond. Nous allons ici définir cette notion en détaillant pourquoi ce chiffre est un des éléments de pilotage de la stratégie webmarketing de l’entreprise et comment est-ce qu’on peut l’optimiser.

Le taux de rebond, c’est quoi ?

Le taux de rebond ou Bounce Rate (en anglais) est le pourcentage d’internautes quittant un site après n’en avoir consulté qu’une seule page. C’est dire que les visiteurs se contentent de cette seule page, sans en consulter une autre. Ce second aspect de la définition est le nœud essentiel qui permet de comprendre ce qu’est réellement le taux de rebond.

Pour mieux l’appréhender, il est souvent considéré avec le facteur temps. Deux hypothèses sont alors évoquées :

  • si le taux de rebond d’un site et le temps passé sur ce site sont faibles, cela suppose que les visiteurs n’ont pas trouvé ce qu’ils recherchent et passent à une autre page.
  • si par contre le rebond est élevé mais que le temps passé sur le site est plus long, cela est synonyme de ce que les visiteurs obtiennent satisfaction quant aux informations trouvées sur la page.

De prime abord, on pourrait facilement conclure qu’un fort taux de rebond serait dû au manque de pertinence des informations trouvées sur le site mais c’est une analyse forcément tronquée : ce n’est pas parce qu’un internaute ne consulte qu’une seule page sur un site internet que le contenu qu’il y a trouvé est mauvais. S’il a, au contraire, trouvé ce qu’il cherchait, il n’a pas forcément besoin d’autres informations : il peut donc dans ce cas se contenter d’une rapide incursion. C’est là que la notion de temps passé permet de fiabiliser l’analyse du taux de rebond: pour lire un article de 1000 mot, on passe entre 3 et 5 minutes. Si le temps passé est de cet ordre, c’est que l’internaute a lu le contenu dans son intégralité avent de poursuivre sa navigation.

Le taux de rebond est ainsi généralement élevé sur les blogs et tutoriels, où les visiteurs sont à la recherche d’une information bien précise. Néanmoins, ce sont les sites d’e-commerce qui sont souvent affectés par les forts taux de rebond, puisque quand l’internaute ne trouve pas ce qu’il recherche, il n’achète pas.

Comment l’interpréter ?

 

Au regard de cette définition, Google Analytics considère que les actions suivantes de la part du visiteur induisent un rebond :

  • il retourne sur la page précédente,
  • il quitte le navigateur,
  • il saisit une nouvelle adresse dans la barre d’adresse,
  • il suit un lien externe,
  • il ne suit pas de lien interne avant 30 minutes.

 

Cela dit, vous pouvez désormais apprendre à analyser votre site vous-même en vous rendant sur les sections :

  • sources de trafic,
  • pages de destination.

Grâce à ces deux sections, vous pourrez procéder à une comparaison du taux de rebond en fonction des pages concernées : cela vous permettra d’avoir une analyse plus fine du comportement de vos visiteurs en fonction notamment des différents types de contenus de votre site Internet.

S’il n’existe pas de norme universelle pour apprécier un « bon » taux de rebond, on peut néamoins le décrire par la formule suivante :

Rb =Tv÷ ≤ Ps Te prenant en compte les informations suivantes :

  • Rb le tax de rebond
  • Tv le nombre total de visiteurs visualisant une seule page,
  • Te le nombre total de visiteurs arrivés sur la page (tous types de visites confondus),
  • Ps la variable de temps de chargement moyen de la page.

Comment le réduire ?

L’amélioration de la qualité du contenu doit-être votre seule préoccupation : si vous livrez un contenu de qualité, en relation étroite avec vos produits et/ou service, que ce contenu est suffisamment étoffé et varié, il est extrêmement probable que le taux de rebond diminue. Veiller aux détails techniques tels que lavitesse de chargement du site serait aussi intéressant. Une fois que le visiteur aura accès au site, il est important de lui offrir un bon accueil à travers uneergonomie agréable et ce sur tous types d’écran. En cela, une version responsive design de votre site Internet est absolument indispensable : plus de 50% des internautes se connectent désormais désormais à Internet avec leur smartphone.

Bien évidemment, des efforts de ciblage des campagnes en ligne doivent être menés. La lisibilité des contenus devra également être priorisée, ainsi que la possibilité pour le visiteur d’ouvrir de nouvelles fenêtres. D’une manière générale, l’expérience utilisateur doit être au centre de vos attentions…

Dernier détail et peut-être le plus important : pour inciter un internaute à rester plus logntemps sur votre site Internet, proposez lui de réalsier d’autres actions en relation avec ce qu’il est venu chercher. Les CTA (Call To Action) désignent les éléments graphiques qui vont inciter le visiteur à agir : un bouton de redirection, un formulaire de contact, l’accès à un contenu supplémentaire, un bouton call back, un chat en ligne, d’autres produits en relation avec celui qu’il est venu chercher. Tous les prétextes sont bons pour garder un peu plus longtemps ce précieux visiteur qui vous rend visite.

 

Que retenir essentiellement ?

La question de la gestion du Bounce Rate est un sujet délicat pour l’optimisation des performances de votre site Internet. S’il est vrai qu’il est tributaire de plusieurs facteurs allant de la conception même du site à son contenu entre autres, il faut dire qu’un taux de rebond réduit dépend en grande partie de vous. De fait, plusieurs méthodes et astuces existent pour le réduire considérablement, et offrir aux visiteurs, non seulement une meilleure expérience d’utilisation, mais également des contenus pertinents et satisfaisants : des contenus qui amélioreront l’image qu’il se fait de votre entreprise et qui l’incitera peut-être à devenir un de vos clients.

Cet article Qu’est-ce que le taux de rebond et comment l’améliorer ? est apparu en premier sur INWIN Rennes.

]]>
Pourquoi et comment tirer profit de Google My Business ? https://rennes.inwin.fr/blog/2018/01/04/pourquoi-et-comment-tirer-profit-de-google-my-business/ Thu, 04 Jan 2018 11:15:23 +0000 https://rennes.inwin.fr/?p=6108 Créé en 2014 Google My Business remplace Local Pages (aussi appelé Address) et peut devenir le fidèle allié de toute PME ou TPE qui souhaite optimiser son référencement local. De quoi s’agit-il ? Quel est l’intérêt d’utiliser cet outil ? Comment en profiter pleinement ? Les réponses dans cette rubrique. C’est un outil pratique, complet, intuitif, simple d’utilisation […]

Cet article Pourquoi et comment tirer profit de Google My Business ? est apparu en premier sur INWIN Rennes.

]]>
Créé en 2014 Google My Business remplace Local Pages (aussi appelé Address) et peut devenir le fidèle allié de toute PME ou TPE qui souhaite optimiser son référencement local. De quoi s’agit-il ? Quel est l’intérêt d’utiliser cet outil ? Comment en profiter pleinement ? Les réponses dans cette rubrique.
C’est un outil pratique, complet, intuitif, simple d’utilisation dès l’inscription et gratuit. Son objectif premier est de stimuler le référencement local et de booster la visibilité des PME, des TPE et de tous types d’organisations qui gèrent une activité locale et possèdent une boutique (c’est une condition obligatoire). Plutôt pertinent quand on sait que plus de 90% des consommateurs internautes ne consultent que la première page des résultats. Le second objectif est d’améliorer l’expérience des utilisateurs. Pertinent aussi quand on sait que pas moins de 30% des recherches effectuées par les internautes sont des requêtes locales. En insérant sur le moteur de recherche le nom de l’entreprise qu’ils désirent consulter, ils voient apparaître directement en haut à droite des résultats un encadré (le Knowledge Graph expliqué en vidéo) contenant l’ensemble des coordonnées de l’entreprise : c’est simple et pratique pour l’internaute.

Les multiples avantages de créer une page Google My Business

Cet annuaire est un outil indispensable pour bonifier le référencement naturel d’une entreprise (autrement nommé SEO). Les PME et TPE qui ont récemment créé un site Internet ou une page Facebook ou prévoient le faire dans un proche avenir pourront, elles aussi, tirer partir des 12 avantages que ce service offre.

1 – s’assurer d’une présence sur le Web et d’une visibilité accrue

En créant une page Google My Business, toutes les informations concernant l’entreprise sont mises à la disposition des internautes en continu – adresse, numéro de téléphone, horaire, site Web, photos, avis des consommateurs, visite virtuelle avec Google Street View, plan détaillé avec Google Maps,… C’est un excellent moyen pour une entreprise d’attirer des prospects qui pourraient devenir de futurs clients en plus de développer sa notoriété.

2 – être référencé localement

MyBusiness offre la possibilité à une entreprise d’apparaître à divers endroits sur la Toile, entre autres dans les résultats de recherche, sur le réseau social Plus et dans l’outil de géolocalisation Google Maps en vue d’optimiser son référencement naturel (SEO).

3 – donner une image positive

À l’instar d’un site Web ou d’une page sur les réseaux sociaux, une page Google My Business tend à rassurer les internautes qui y voient un signe de professionnalisme et de fiabilité.

4 – interagir avec les internautes

Une page MyBusiness sert aussi à établir un lien avec les prospects et les clients. Ce sont les avis et les commentaires qui bien souvent initient les discussions. Ils prennent un part importante dans le cycle de décision à l’achat : en effet, 88% des internautes lisent les avis et commentaires sur une entreprise avant de la contacter. Il ne faut pas non plus avoir peur des avis négatifs : bien gérés, ils peuvent aussi montrer que l’entreprise se soucis de la qualité des services ou produits qu’elle propose. Dans tous les cas, vous ne pouvez pas tout maîtriser notamment sur les réseaux sociaux : ils est bien plus facile de répondre à des critiques dans un espace conscrit et balisé parce qu’il n’y a rien de pire que de tenter de cacher des choses ou de ne pas y prêter attention…

5 – partager les actualités

Il est par ailleurs possible de créer des posts pour tenir ses clients informés des événements spéciaux, des nouveautés, des offres à ne pas manquer… On peut même ajouter un bouton d’appel à l’action (call to action) dirigeant, par exemple, vers une page de promotion ou une nouveauté.

6 – consulter des statistiques

L’entreprise a accès via le tableau de bord à des statistiques de performance complètes relatives à son compte My Business. Les services de Google étant interconnectés, on accède aussi aux données liées au compte Google +, Youtube, Adwords ou Analytics pour mieux connaître sa clientèle.

7 – attirer avec des photos

De jolies photos de qualité attirent le regard des internautes. Les comptes présentant des photos, logos ou images génèrent 42% de plus de demandes d’itinéraires et 35% de plus de visites sur le site Web de l’entreprise.

8 – se démarquer de la concurrence

De nombreuses entreprise n’utilisent pas encore Google My Business. Ceux qui le font peuvent prendre de l’avance sur leurs concurrents notamment ne terme des référencement naturel ou encore dans le fait de tirer profit des recherches locales sur mobile.

 

Comment utiliser efficacement ce service d’annuaire ?

Poursuivons notre découverte de My Business avec six éléments importants à tenir compte lors de la création d’une page à l’aide de cet annuaire.

Créer un profil complet

Afin que l’encart Google My Business de l’entreprise apparaisse visiblement en haut à droite des résultats de recherche, il est primordial de rédiger un profil complet contenant toutes les informations utiles.

Rédiger une description claire et concise

Il est tout aussi essentiel de rédiger, en 200 caractères maximum, une description succincte de l’entreprise en y incluant les mots-clés appropriés.

Créer une page attractive

Pour attirer les internautes, il est important de soigner le design graphique de sa page. Les éléments graphiques apparaîtront dans l’encart sur la première page des résultats.

Tirer avantage de Google Maps

En complétant correctement son profil, plus particulièrement l’adresse postale, l’entreprise sera référencée dans Google Maps et ainsi laisser la possibilité aux visiteurs d’utiliser le service de calcul d’itinéraire : c’est très pratique depuis un mobile. De quoi améliorer aussi son référencement naturel tout en optimisant l’expérience utilisateur.

Recueillir des avis

Comme nous l’indiquions plus haut, les avis jouent un rôle déterminant pour les internautes dans le choix d’une entreprise comparée : selon un sondage IFOP de mars 2015, 88% des internautes consultent des avis de consommateurs avant d’effectuer un achat. Prendre sa e-réputation au sérieux en invitant ses clients à laisser des avis sur l’entreprise constitue donc un réflexe stratégique. Pour cela, il faut inciter les internautes à laisser un avis sur votre entreprise aussi souvent que possible. Pour leur faciliter la vie, communiquez-leur le lien direct d’accès à ce service. Pour cela, prenez tout d’abord connaissance de votre « Place ID » c’est à dire votre identifiant de localisation Google. Vous trouverez cette information sur Le Google Place API. Un fois cet identifiant récupéré, il vous suffit de remplacer « CODE »  par votre identifiant dans l’URL suivante « http://search.google.com/local/writereview?placeid=CODE ». Ainsi, vos clients accèderont directement à une fenêtre pour déposer un avis sur votre entreprise.

Lier le compte Google Plus à Google My Business

Grâce au réseau social Google Plus, (et même si, nous en conviendrons, Google a perdu la partie face à Facebook sur le sujet des réseaux sociaux collaboratifs…) il est possible de partager auprès des internautes un contenu supplémentaire d’intérêt et de qualité. Il s’agit là surtout de booster sa visibilité notamment grâce aux liens (avérés ou non) entre Google Plus et les résultats de recherche de Google. Il ne faut surtout pas s’en priver, ne serait-ce que par superstition…!

Cet article Pourquoi et comment tirer profit de Google My Business ? est apparu en premier sur INWIN Rennes.

]]>
Nos conseils pour améliorer la vitesse de votre site Internet https://rennes.inwin.fr/blog/2018/01/03/nos-conseils-ameliorer-vitesse-de-site-internet/ Wed, 03 Jan 2018 17:16:25 +0000 https://rennes.inwin.fr/?p=6089 La vitesse de chargement d’un site a aujourd’hui un impact important dans sa consultation par des internautes : votre site se doit d’être rapide pour ne pas risquer de voir une partie de votre audience fuir avant même que la page ne se soit affichée. C’est également un critère qui a son importance dans votre référencement par Google. […]

Cet article Nos conseils pour améliorer la vitesse de votre site Internet est apparu en premier sur INWIN Rennes.

]]>

Je souhaite améliorer mon site, mais comment tester la vitesse ?

Le mieux et le plus simple, c’est d’utiliser l’outil Pagespeed Insight de Google, qui va vous attribuer une note sur 100 pour la version classique et mobile de votre site. Une liste d’optimisations possibles vous est donnée pour vous aiguiller sur les améliorations à apporter.

Pour l’utiliser, c’est ici : pagespeed insight

Voici nos conseils pour améliorer la vitesse de chargement de votre site internet :

Sur WordPress : ne surchargez pas votre site d’extensions !

Si votre site est construit à partir du CMS WordPress, il y a de fortes chances qu’il utilise des extensions pour plusieurs de ses fonctionnalités.

Apportant fonctionnalités et effets en tout genre, les extensions sont une vraie force de WordPress. Cependant comme toute bonne chose il y a forcément un point noir : La vitesse de votre site va avoir tendance à en souffrir.

Pourquoi ?

Pour charger une page, des demandes vont être faites à votre serveur (où est hébergé votre site) pour créer l’affichage que vous retrouvez via votre navigateur.

Sur ce principe il faut savoir que plus il y a d’extensions impliquées dans le fonctionnement d’une page, plus le nombre de demandes vers votre serveur pour afficher votre page va être élevé. Ainsi avec un trop grand nombre d’extensions, vous allez ralentir l’affichage de votre page à cause d’un trop gros nombre de requêtes.

Résultat des courses, votre serveur met plus de temps à traiter la totalité de demandes nécessaire pour l’affichage complet de votre page qui peut demander plusieurs secondes supplémentaires !! C’est énorme dans le cadre du chargement d’une page web.

Ne sélectionnez donc que les extensions qui ont réel intérêt dans l’atteinte de vos objectifs ou pour les fonctionnalités de votre site.

Optimisez vos images 

Lorsqu’on créé un site internet (que ce soit soi-même ou par un prestataire) il est tout à fait normal d’y insérer des images pour illustrer parfaitement le message que l’on cherche à faire passer via notre site.

Mais pensez bien à les optimiser ! L’optimisation des images d’une page est une chose primordiale pour en améliorer la vitesse, certainement ce qui va avoir l’impact le plus fort. En effet, en moyenne 90% du poids d’une page provient des images présentent dessus. Pour être rapide à charger, une page se doit d’être extrêmement légère : inférieur à 2MB si possible. Sachant qu’une image non compressée en moyenne peut varier entre 1 et 10 MB, il est donc plus que conseillé de vérifier la taille de vos images sur votre site et de les optimiser.

Comment optimiser vos images ?

Diminuez la résolution de vos images : Sachant qu’aujourd’hui la résolution standard de la majorité des écran d’ordinateurs est le « 1080p » (1920 pixels de largeur sur 1080p de hauteur), je vous conseille de viser cette résolution pour vos images.

Choisissez bien votre format : Format jpeg ou png ? Le choix du format a aussi son impact sur la qualité, si le png permet une qualité optimale, le jpeg lui permet un gain considérable sur le poids de l’image avec une qualité moindre certes mais plus que correct en fonction de l’utilisation que vous en faites, à vous de juger en fonction de vos objectifs le choix du format.

Bien sûr il n’existe pas de solution magique, l’optimisation se fera forcément au détriment de la qualité de l’image mais l’objectif est de trouver le bon compromis, puisqu’à quoi bon avoir une image de qualité si personne ne parvient à l’afficher et à quoi bon avoir un site rapide si les images sont « baveuses ».

Eviter la surcharge d’effet sur votre site

Lorsqu’on réalise son site internet, il est normal de vouloir le rendre agréable à l’œil et intuitif pour le visiteur via des effets et éléments graphiques. Il faut cependant veiller à pas surcharger d’effets votre site.

Sur le même principe que les extensions WordPress plus haut, plus il y aura d’effets/éléments, plus la charge des fichiers css et js pour le serveur sera élevée. Ainsi on risque d’alourdir et de ralentir drastiquement le chargement et la navigation sur son site internet. En pratique le site pourra mettre plusieurs secondes à se charger mais en plus pourra rencontrer des problèmes de performances sur les machines les moins performantes.

Pas besoins de trop d’artifices, un site propre qui répond vite est un site qui fournira une bonne expérience utilisateur.

Activez la mise en cache sur votre site

Avant toute chose, qu’est-ce que la mise en cache ?

Littéralement « La mise en cache permet de réduire la consommation de bande passante, la charge du serveur web (les tâches qu’il effectue), ou d’améliorer la rapidité de consultation lors de l’utilisation d’un navigateur web. »

En d’autres termes, la mise en cache va permettre de créer un fichier compressé de votre site qui sera servi lorsqu’un internaute voudra afficher la page en lieu et place de votre site internet. Cela va permettre d’alléger la charge serveur et donc d’améliorer la vitesse de chargement de votre site internet.

Le gain peut être assez significatif, je vous conseille donc fortement de le mettre en place.

Si vous êtes sous WordPress, de nombreuses extensions permettent de la mettre, mais la majorité sont payantes :

-La meilleure extension de cache WP Rocket couteux mais efficace.

-En solution gratuite vous pouvez vous tourner vers WP SuperCache

Si vous n’êtes pas sous WordPress ou que vous n’avez pas la main sur votre site, je vous conseille de voir avec votre Webmaster ou votre prestataire pour la mise en place du cache.

La minification de votre code 

Qu’est-ce que c’est ?

La minification est une méthode qui permet d’alléger le poids d’une application, d’une page web ou d’un script. Cette méthode s’applique à beaucoup de langages informatiques dont les langages web tels que le CSS, Javascript ou encore HTML.

Elle va donc être très utile dans le cas de l’optimisation de la vitesse d’un site internet puisqu’elle permet concrètement d’éliminer tout le surplus présent dans nos fichiers html, css et js qui n’est pas nécessaire à la compréhension du code de notre site par nos machines (commentaires, sauts de lignes et espaces).

La suppression de ces éléments fait que le code va prendre moins de place sur le disque et donc va alléger le poids global de votre page.

Pour le mettre en place sur WordPress il existe de nombreuses extensions. Généralement les extensions de cache le proposent (Vous pouvez vous référez aux propositions de la partie précédant). Pour ma part je vous propose d’utiliser l’extension « Autoptimize » qui est gratuite et permet un bon gain de performances.

Comme pour la mise en cache, nous vous conseillons de voir avec votre Webmaster ou votre prestataire pour sa mise en place.

Cet article Nos conseils pour améliorer la vitesse de votre site Internet est apparu en premier sur INWIN Rennes.

]]>
Pourquoi et comment utiliser les rich snippets pour votre site Internet ? https://rennes.inwin.fr/blog/2018/01/03/pourquoi-et-comment-utiliser-les-rich-snippets-pour-votre-site-internet/ Wed, 03 Jan 2018 17:15:49 +0000 https://rennes.inwin.fr/?p=6084 Encore appelés extraits enrichis ou données structurées, les rich snippetspermettent de compléter l’affichage des résultats d’une recherche Google. En effet, en fonction du contenu de la page, on accède à des informations additionnelles qui peuvent être des descriptifs de produits, des commentaires clients, des liens annexes et bien plus encore. Toutefois, qu’entend-on réellement par données structurées et pourquoi est-il important […]

Cet article Pourquoi et comment utiliser les rich snippets pour votre site Internet ? est apparu en premier sur INWIN Rennes.

]]>
Encore appelés extraits enrichis ou données structurées, les rich snippetspermettent de compléter l’affichage des résultats d’une recherche Google. En effet, en fonction du contenu de la page, on accède à des informations additionnelles qui peuvent être des descriptifs de produits, des commentaires clients, des liens annexes et bien plus encore. Toutefois, qu’entend-on réellement par données structurées et pourquoi est-il important de les utiliser ?

Qu’est-ce qu’un extrait enrichi ?

Quand vous tapez une requête dans Google, les SERP (Search Engine Results Pages) vous donnent accès à 10 résultats par page (hors lien sponsorisés). Ces 10 résultats propose chacun 3 informations de base : le titre de la page en bleu,l’URL de la page en vert et la description en noir. Il arrive assez souvent que ces 3 informations ne soient pas optimisées en vue de leur affichage par Google. En effet, le titre ne doit pas faire plus de 70 caractères et la description pas plus de 150 caractères. Vous pouvez toujours écrire un titre ou une description plus longue, mais ils seront invariablement tronqués par des points de suspension et prendre aisni le risque que l’internaute ne comprenne pas bien ce que vous avez voulu dire.

Lancés en 2009, les extraits enrichis sont des données structurées facilement exploitables par les moteurs de recherche : ils viennent s’afficher en complément des 3 informations de base (titre, URL et description). Des commentaires rédigés à la suite d’un achat réalisé sur votre site web, votre numéro de téléphone ou votre adresse peuvent, par exemple, être postés entre des balises qui indiqueront au moteur de recherche qu’il s’agit d’une donnée additionnelle.

Ces extraits enrichis peuvent être visualisés dans Google Search Console, en vous rendant sous la rubrique : « données structurées », après vous être au préalable rendu sous la rubrique « apparence dans résultats de recherche ».

Fonctionnement et caractéristiques des données structurées

Les données structurées sont des balises sémantiques qui s’intègrent au code HTMLd’une page afin de préciser certaines informations. Une fois marquées, ces données sont reprises par le moteur de recherche et associées aux résultats de recherche en tant qu’affichage particulier ou ligne additionnelle. Ces données structurées améliorent la visibilité du site en fournissant aux internautes plus d’informations sur votre entreprise dans les résultats des moteurs de recherche.

Les données structurées aident également les moteurs de recherche à insérer des informations spécifiques dans les endroits appropriés. Ces données doivent pour cela respecter le balisage de contenu édité par Schema.org qui a été validé par la majorité des moteurs de recherche. Ces derniers ont par ailleurs décidé d’en faire un standard.

Pourquoi utiliser les rich snippets ?

L’une des principales raisons pour lesquelles il convient d’utiliser les extraits enrichis, c’est tout simplement parce que ce balisage de contenu pour l’affichage des microdonnées est un critère d’optimisation de trafic vers votre site web. En effet, les données structurées délivrent plus d’informations sur ce que contient réellement la page ce qui est de nature à augmenter l’intérêt des internautespour votre site Internet.

Elles sont beaucoup appréciées des internautes pour les raisons suivantes :

  • elles attirent leur attention à travers des informations supplémentaires intégrées à proximité des résultats de recherche
  • elles délivrent dans les meilleurs délais des informations appropriées aux requêtes
  • elles accroissent le taux de clics et tendent à diminuer le taux de rebond en montrant de façon sommaire le type de contenu dont il sera question dans la page du lien sollicité
  • elles favorisent la prise de décision en délivrant des détails sur quelques requêtes, à l’exemple des caractéristiques sur un événement futur ou sur un produit e-commerce

Les extraits enrichis permettent donc au moteur de recherche de fournir aux internautes des résultats encore plus qualitatifs. Ils offrent également aux administrateurs web une couche additionnelle d’optimisation web, ainsi qu’une opportunité de voir plus de contenu figurer sur les pages de résultats de recherche.

Quel est l’impact SEO des rich snippets ?

Les données structurées ont été développées afin de proposer aux internautes une expérience de recherche d’informations optimale. Ces derniers bénéficieront donc des résultats les plus complets selon leur requête. Il convient toutefois de noter que ces informations additionnelles n’ont aucune influence directe sur le positionnement d’une page dans les moteurs de recherche. Elles permettent toutefois d’améliorer la visibilité des pages web d’une entreprise. En effet, les internautes sont attirés par des descriptifs plus complets et seront donc plus prédisposés à visiter cette page, notamment s’ils retrouvent des extraits des informations qu’ils cherchent. À terme, les extraits enrichis permettent de rendre meilleur le trafic sur votre site web, améliorant ainsi votre référencement dans les résultats des moteurs de recherche.

En somme, n’hésitez plus et intégrez dès à présent les Rich Snippets dans votrestratégie SEO. Ces derniers vous permettront de vous démarquer de la concurrence, d’améliorer votre visibilité dans les pages de résultats de recherche et par conséquent de booster votre trafic vers votre site Internet.

Cet article Pourquoi et comment utiliser les rich snippets pour votre site Internet ? est apparu en premier sur INWIN Rennes.

]]>
Améliorer le taux de conversion de mon site e-commerce https://rennes.inwin.fr/blog/2017/11/30/ameliorer-le-taux-de-conversion-de-mon-site-e-commerce/ Thu, 30 Nov 2017 12:54:56 +0000 https://rennes.inwin.fr/?p=6079 Nombreux sont les détenteurs d’un site d’e-commerce qui ont tendance à négliger l’expérience utilisateur. Pourtant, cet aspect est tout aussi important que le service client ou la qualité des produits, car il s’agit de l’interaction entre le visiteur et le site. Cette dernière joue en effet un rôle important dans ce sens où elle motive […]

Cet article Améliorer le taux de conversion de mon site e-commerce est apparu en premier sur INWIN Rennes.

]]>

Nombreux sont les détenteurs d’un site d’e-commerce qui ont tendance à négliger l’expérience utilisateur. Pourtant, cet aspect est tout aussi important que le service client ou la qualité des produits, car il s’agit de l’interaction entre le visiteur et le site. Cette dernière joue en effet un rôle important dans ce sens où elle motive grandement le choix de l’utilisateur de réaliser ou non des achats. Voici donc quelques conseils qui vous aideront à améliorer le taux de conversion de votre tunnel d’achat e-commerce et à booster vos ventes par la même occasion.

Qu’est-ce que le taux de conversion d’un site e-commerce ?

Il s’agit d’un indicateur qui permet de déterminer le ratio entre le nombre de visites et le nombre d’achats qu’enregistre votre boutique en ligne. Vous avez ainsi la possibilité de déterminer la performance de votre e-commerce en fonction des objectifs établis et notamment suivre l’évolution de votre chiffre d’affaires. À travers cet indicateur, vous disposerez d’une visibilité journalière de l’impact de la stratégie digitale adoptée pour votre activité. Si vous faites par exemple des campagnes de newsletter, vous aurez la possibilité de mesurer l’impact de chaque courriel sur votre trafic, et notamment sur votre chiffre d’affaires. Vous pourrez ainsi identifier les messages qui ont le plus d’impact auprès de votre audience. Il convient donc d’élaborer un outil de mesure de conversion et de suivi du chiffre d’affaires, afin d’avoir des indicateurs précis sur la performance de votre e-commerce.

Limitez, équilibrez pour plus de lisibilité

Pensez tout d’abord à limiter le nombre d’articles visibles par les clients. Pour ce faire, répartissez vos articles sur plusieurs pages, en prenant la peine de les trier par catégories. Donner des possibilités de filtrage est aussi très efficace pour permettre à vos visiteurs de sélectionner seulement ce qui les intéresse vraiment : la fourchette budgétaire, la marque ou le type de produit sont un préalable. Cela améliorera également votre ergonomie. Pensez à mettre plus en avant les articles les plus achetés (pour éviter de perdre les clients au milieu de centaines d’articles) et les articles ayant reçu le plus d’avis (la majorité des acheteurs en ligne aiment se référer aux avis des autres clients). Le fil d’ariane peut aussi aider les internautes à se repérer facilement sur votre boutique : il s’agit de liens directs apparaissants en hauts de page sous la forme : accueil / catégorie / sous-catégorie / produit. Un autre intérêt majeur du fil d’ariane est qu’il est très apprécié de Google et qu’il profite donc aussi à votre référencement naturel. Bien que les images soient très importantes dans le choix d’un article, il convient de ne pas en faire trop. Évitez donc d’associer des dizaines de photos à chaque fiche de produit. Vous devez également penser au texte, qui reste un moyen très apprécié des clients qui ont souvent du mal à se décider. Trouvez le bon compromis entre images et textes. Vous pouvez réaliser un A/B testing afin d’optimiser votre boutique en ligne et améliorer son ergonomie.

Simplicité, précision et sécurité

Pensez à simplifier les différents formulaires sur votre e-commerce, notamment le formulaire de paiement. Demandez uniquement les informations utiles : nom, numéro de carte bancaire, date d’expiration et cryptogramme. Vous pouvez également envisager également de supprimer la page de récapitulatif, ainsi que les boutons pouvant inciter l’internaute à annuler son achat. Sur les différentes pages de votre site, pensez à demander uniquement les informations importantes, et dans le bon ordre. Si vous commercialisez par exemple des produits numériques, une simple adresse mail devrait suffire ! Inutile de vous rappeler la place importante qu’occupe la sécurité dans un site d’e-commerce. En effet, près de 48 % des potentiels clients sont réticents lorsqu’il n’y a pas de sceaux de confiance sur un site. Ce sont des visuels qui garantissent la sûreté et la fiabilité du site. Il est donc primordial d’avoir des certificats de sécurité, que vous mettrez en avant lors des moments décisifs comme la page de paiement. Cela vous permettra de gagner plus facilement la confiance de certains internautes.

Relancez efficacement les clients en cas d’abandon de panier d’achat

De nombreux clients ont tendance à abandonner leur panier d’achat, pour ne plus jamais revenir. Il convient dans ce cas d’opter pour l’e-mail retargeting. Sa mise en place nécessite l’utilisation des outils tels que ceux fournis par Mailchimp.com et bien d’autres qui vous donneront des codes pour marquer vos pages. Ainsi, si vous êtes victime d’un abandon de panier d’achat, le client en question recevra un mail automatique au bout d’un délais donné, dans l’optique de le faire revenir. Bien évidemment, si vous décidez de le faire profiter d’une promotion spéciale accessible via cet email, votre taux de conversion s’en verrasignificativement amélioré. Évitez toutefois de harceler vos visiteurs : rien n’est plus agaçant pour un internaute d’être « forcé » à acheter quelques chose alors qu’il a déjà choisi un autre fournisseur ou alors qu’il a simplement changé d’avis. Une seule relance doit donc suffire à récupérer ceux d’entre eux qui ont juste besoin d’un petit coup de pouce pour se décider. Pensez sans plus tarder à élaborer un outil de mesure ou à améliorer les taux de conversion de votre tunnel d’achat e-commerce, afin de booster vos ventes et notamment votre chiffre d’affaires.

Cet article Améliorer le taux de conversion de mon site e-commerce est apparu en premier sur INWIN Rennes.

]]>
Audit de référencement naturel : diagnostiquer pour agir https://rennes.inwin.fr/blog/2017/11/22/audit-de-referencement-naturel-diagnostiquer-pour-agir/ Wed, 22 Nov 2017 14:56:57 +0000 https://rennes.inwin.fr/?p=5975   Un audit de site internet vise le plus souvent à expliquer les causes d’un mauvais référencement sur Google (qui capte 91% du marché de la recherche sur Internet en France). Il s’agit donc du point de départ fondamental à toutes vos actions d’optimisation du référencement de votre site Internet. Analysez l’environnement technique de votre site Il s’agira pour […]

Cet article Audit de référencement naturel : diagnostiquer pour agir est apparu en premier sur INWIN Rennes.

]]>

 

Un audit de site internet vise le plus souvent à expliquer les causes d’un mauvais référencement sur Google (qui capte 91% du marché de la recherche sur Internet en France). Il s’agit donc du point de départ fondamental à toutes vos actions d’optimisation du référencement de votre site Internet.

Analysez l’environnement technique de votre site

Il s’agira pour vous de regarder avec attention l’aspect technique de votre site. En effet, pour référencer en bonne position un site, Google s’assure qu’il est bien conforme aux standards définis par lui même sur le plan technique. Ainsi, votre site doit être nécessairement compatible avec les smartphones et les tablettes (technologie responsive design). Dans le cas contraire, le référencement sur Google de votre site serait désastreux et il vous faudra y remédier le plus rapidement possible afin de le rendre compatible. Ainsi vous retrouverez un rang plus élevé dans les moteurs de recherche…et donc davantage de clients potentiels !

Le temps de chargement de vos pages sera à surveiller de près également. Vous trouverez sur internet des tas d’outils qui effectueront pour vous cette analyse.

Autre exemple, une des erreurs techniques les plus fréquemment observées est la présence de liens morts c’est à dire de lien hypertexte ne fonctionnant plus. Il peut bien évidemment s’agir de lien interne (ce sont les liens qui pointent vers d’autres pages de votre site) que les liens externes. Un outil formidable permet de scanner tous les liens présents sur votre site Internet pour débusquer ceux que vous auriez pu oublier : W3C Link Checker.

Etudiez la structure de votre site internet

La structure d’un site possède un impact important sur son référencement naturel (appelé également SEO). En effet, certaines pages sont absolument indispensables et se doivent d’être présentes sur n’importe quel site. Travaillez également le contenu de vos pages afin d’être le plus pertinent possible sur la thématique de votre site. Notez également que les blogs gravitant autour de votre site participent très étroitement à l’optimisation du référencement SEO : la mise en place d’une stratégie de contenu (Inbound Marketing) est un levier extrêmement puissant de visibilité. Ne les négligez donc sous aucun prétexte et incluez les dans votre audit de site internet.

Aussi, et même s’ils ne participent pas directement au classement de votre site Internet dans les résultats de recherche, les réseaux sociaux sont une source non négligeable de trafic : bien gérés, ils peuvent rapidement représenter 15 à 20% du trafic global.

Examiner le trafic généré par un site ainsi que son positionnement sur Google

Pour connaître et mesurer le trafic de visiteurs sur votre site, vous utiliserez l’indispensable Google Analytics. Cet outil vous permettra d’obtenir des informations détaillées sur vos visiteurs (provenance géographique, navigation avec mobile ou ordinateur etc…) et sur votre site (pages les plus visitées, temps moyen de présence sur une page etc…). Cette analyse est primordiale afin de rassembler toutes les données nécessaires à un référencement performant de votre site. Jetez immédiatement un oeil à toutes les possibilités offertes par Google Analytics.

Vous devrez également être attentif à la façon dont les autres sites parlent de vous. En effet, des liens de qualité participent grandement au bon référencement de votre site. Vous devez absolument comprendre qu’il est préférable pour votre site d’être connu par un site bien référencé plutôt que de posséder un lien dans un commentaire d’un obscur forum sans intérêt. Il existe de nombreux outils qui mesureront la qualité des liens pointant vers votre site comme Ahrefs ou encore Moz..

Il est important également de connaître votre positionnement actuel dans le moteur de recherche Google. Vous devrez suivre votre résultat semaine après semaine en fonction de mot clés précis et spécifiques. Des outils extrêmement puissants vous permettront même de suivre vos résultats selon le jour de la semaine, un horaire de la journée ou une zone géographique en particulier.

Quelques exemples d’outils indispensables pour réussir votre audit

Voici une liste de logiciels qui vous seront indispensables afin de réaliser le plan d’action définit au-dessus. Il s’agit des outils les plus utilisés dans le monde et approuvés par la plus grande partie des experts en référencement.

Google Search Console

Ce logiciel remontera les erreurs techniques de conception impactant le référencement de votre site. Il contrôlera aussi bien sa structure que sa vitesse d’affichage des pages ou bien encore si il est sujet à des pénalités données précédemment par Google.

Quicksprout

Il s’agit d’un équivalent à Google Search Console. Cet outil en ligne gratuit vous proposera une liste d’axes de travail dans le but d’améliorer le référencement ou encore les temps de réponse. Vous aurez ainsi tous les éléments pour rendre conforme aux yeux de Google votre site.

Website Grader

Ce logiciel est particulièrement intéressant pour vous positionner par rapport à vos concurrents. En effet, chaque site audité à l’aide de ce logiciel se voit attribuer une note (Grade en anglais). Vous pourrez ainsi savoir si votre site est mieux référencé que la moyenne des autres sites équivalents.

SEO Grader

Ce logiciel est un équivalent en langue française de Website Grader. Il effectuera également une analyse complète de la structure de votre site, de son contenu, des liens internes, des liens externes ainsi qu’une mesure des temps de réponse. Il s’agit d’un outil extrêmement complet.

Woorank

Il réalisera un audit automatisé axé spécifiquement sur le référencement. Son principal avantage est qu’il intègre également le contrôle de vos pages de contenus et surtout une analyse de votre réputation sur les réseaux sociaux. Il donne aussi des indication sur le trafic estimé du site Internet testé ainsi que son classement mondial et français.

ScanWin

Cet outil a été développé par InWest pour aider les entreprises du groupe, et notamment les Agences Digitales INWIN à prodiguer les conseils utiles pour une première approche de positionnement. Il agrège différents modules tels que ceux de SEM Rush, de Alyze, de Google Speed Test etc. Il donne énormément d’informations utiles sur les aspects techniques, structurels et sémantiques et donne aussi un aperçu détaillé de la popularité du site Internet analysé.

Cet article Audit de référencement naturel : diagnostiquer pour agir est apparu en premier sur INWIN Rennes.

]]>
Quel réseau social pour quelle stratégie webmarketing ? https://rennes.inwin.fr/blog/2017/11/22/reseau-social-strategie-webmarketing/ Wed, 22 Nov 2017 14:47:47 +0000 https://rennes.inwin.fr/?p=5963 Les entreprises ont maintenant à leur disposition de nombreux canaux de communication en plus de leur site Internet : entre Facebook Instagram, LinkedIn et consorts, on peut avoir du mal à s’y retrouver. Surtout, au moment du choix, comment est-ce que je peux décider de concentrer mes efforts sur un réseau plutôt qu’un autre ? Comment ne pas me tromper […]

Cet article Quel réseau social pour quelle stratégie webmarketing ? est apparu en premier sur INWIN Rennes.

]]>

Les entreprises ont maintenant à leur disposition de nombreux canaux de communication en plus de leur site Internet : entre Facebook Instagram, LinkedIn et consorts, on peut avoir du mal à s’y retrouver. Surtout, au moment du choix, comment est-ce que je peux décider de concentrer mes efforts sur un réseau plutôt qu’un autre ? Comment ne pas me tromper de cible ? Comment être sûr que je mets les moyens de mon entreprise au bon endroit ? En bref : quel réseau social choisir pour optimiser ma stratégie webmarketing ?

Quel est votre public ? Quelle est votre audience, votre cible ?

C’est en effet la première des questions à se poser. Chaque réseau social a ses spécificités, son public, son ambiance, ses usages. Il est très important de coller au maximum avec les attentes des personnes qui fréquentent le plus un réseau social pour éviter de ne pas délivrer le bon message à la bonne personne. Si vous tenter de faire réagir les utilisateurs de Snapchat à votre dernière machine outils, il est probable que ça fasse pshitt ! Bon Ok, on caricature un peu, mais vous avez compris l’idée.

  • Facebook pour animer une communauté, pour l’inciter à commenter, à partager ou à réagir. Tout le monde, ou presque, est sur Facebook. C’est résolument le réseau social grand public et inter-générationnel
  • Instagram, c’est le réseau branché qui communique par l’image. Les utilisateurs sont plutôt jeunes (mais pas trop..;-) et plutôt des femmes.
  • Twitter, c’est le réseau de l’actu et de l’instantanéité. De plus en plus de PME et grandes entreprise l’utilise pour être très réactif aux demandes de sa communauté. Si on est bien organisé en interne, c’est imparable en termes de relation client.
  • LinkedIn est le réseau incontournable si vous souhaitez toucher les professionnels. Le ton y est souvent sérieux et les sujets sensibles rares !
  • Snapchat, c’est l’outsider qui monte… Tous nos ados en sont très friands. Si vous voulez toucher en priorité les collégiens et les lycéens, c’est un réseau de premier choix. Et puis, vous avez sûrement déjà essayé les filtres, avouez-le !
  • Pinterest est un réseau assez ancien qui poursuit son bonhomme de chemin à l’écart des mastodontes : pour partager du contenu très visuel avec une communauté féminine, c’est parfait !

Quel type de message voulez-vous faire passer ?

  • pour annoncer un événement ou un lancement de produit auprès d’un panel ciblé grand public, Facebook est tout à fait indiqué : c’est très bien pour travailler l’image de marque mais aussi engager la conversation avec ses fans dans les commentaires et/ou dans Messenger
  • Instagram pour promouvoir les produits ou service qui sont visuellement « sexy » (tourisme, déco, habillement etc…)
  • Twitter si on est suffisamment organisé pour répondre en temps réel ou presque à sa communauté, c’est un excellent outil. De même, si vous voulez espérer toucher des influenceurs, Twitter est fait pour ça. Le buzz peut se répandre comme une trainée de poudre, mais attention, ça peut être ne bien ou en mal !
  • Vous avez un nouveau produit ou un service à promouvoir en B2BLinkedIn est le réseau pro N°1. Avec plus d’un million d’utilisateurs quotidiens en France, c’est un porte voix fantastique
  • Votre communication est visuelle et décalée, vous souhaitez toucher un cible jeune et accro au réseaux sociaux : optez pour SnapChat
  • Sur Pinterest, l’ambiance est plus sage : si vous avez de très belles photos dans les thématiques mode, déco, cuisine, ameublement ou voyage, hourra !

Quelle est votre organisation interne ?

Comme nous l’avons évoqué plus haut, certains réseaux sociaux répondent à quelques impératifs pour être utilisés de manière efficace et pertinente. Que vous mettiez 24 heures pour répondre à un email, pas de problème. Par contre, sur Facebook ou Twitter, c’est absolument exclu : vos prospects et/ou clients seront déjà passés à autre chose depuis longtemps. Cela veut dire que si vous ne mobilisez pas en interne les ressources humaines pour pouvoir prendre ne compte et traiter ces demandes en temps réel ou presque, et bien conservez l’email et le téléphone, c’est parfait. Attention à ne pas prendre le risque de dégrader votre image de marque à cause d’une organisation trop éloignée des usages.

De même, si confier la gestion des comptes sociaux au premier stagiaire qui vous tombe sous la main semble une bonne idée : et bien oui, il est jeune, il est sur les réseaux sociaux, il est branché, il sait parler « djeunz » et puis, accessoirement, il est bon marché…Etes-vous vraiment certain de vouloir confier les manettes de toute votre communication digitale à une personne qui n’a pas été spécifiquement formée à ça ? Le travail de community manager ou de social manager est un métier à part entière qui s’apprend quand des cursus spécialisés en école de marketing et/ou communication. De plus, certaines entreprises prennent la décision d’impliquer tout le personnel compétent sur le sujet des réseaux sociaux : à partir ou cela naît d’une volonté organisée de l’entreprise et que les collaborateurs sont tous impliqués réellement dans le processus, les résultats peuvent être tout à fait satisfaisants. Encore faut-il avoir réfléchi à un vraie stratégie d’interaction avec sa communauté.

Avez-vous évalué l’impact financier de votre présence sur les réseaux sociaux ?

Vous l’avez compris, « aller sur les réseaux sociaux » ne s’improvise absolument pas quand on est une entreprise et qu’on a une image de marque à défendre. Cette décision doit passer par différentes phases :

  • réfléchirécrire et éventuellement amender un réelle stratégie digitale dédiée
  • le cas échéant, recruter un social manager et l’intégrer à votre structure pour qu’il ou elle s’imprègne de son histoire, de ses codes
  • impliquer les collaborateurs dans le processus depuis le début : la réputation de l’entreprise n’est pas défendue que par ses seuls dirigeants. Le community manager peut être aidé par les employés qui le souhaitent
  • sélectionner et mettre en place les outils qui vous aideront à automatiser certaines tâches répétitives ou d’autres qui peuvent être programmées.
  • mobiliser, quand c’est nécessaire, un budget promotionnel pour accompagner les publications habituelles. En effet, vous aurez sûrement besoin d’un coup de pouce pou des opérations spéciales (évènement, lancement produit etc.)

 

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

Cet article Quel réseau social pour quelle stratégie webmarketing ? est apparu en premier sur INWIN Rennes.

]]>
Comment réussir son passage au HTTPS ? https://rennes.inwin.fr/blog/2017/11/10/comment-reussir-son-passage-au-https/ Fri, 10 Nov 2017 12:40:09 +0000 https://rennes.inwin.fr/?p=6062 Depuis un moment maintenant, Google encourage les webmasters à adopter le protocole https pour les sites Internet. Ces incitations adoptent depuis quelques mois un caractère de plus en plus directif. Ca a commencé par l’ajout d’un petit logo dans la barre d’adresse de Chrome pour indiquer clairement les sites Internet non sécurisés. Il est même […]

Cet article Comment réussir son passage au HTTPS ? est apparu en premier sur INWIN Rennes.

]]>

Depuis un moment maintenant, Google encourage les webmasters à adopter le protocole https pour les sites Internet. Ces incitations adoptent depuis quelques mois un caractère de plus en plus directif. Ca a commencé par l’ajout d’un petit logo dans la barre d’adresse de Chrome pour indiquer clairement les sites Internet non sécurisés. Il est même prévu que ce message soit de plus en plus clair. En résumé, la question ne se pose plus, il faut désormais envisager très sérieusement le passage au https sous peine de se voir fortement sanctionné lorsque Google décidera d’appuyer sur le bouton.

Pourquoi le passage au https pour votre site Internet est-il urgent ?

Vous pourriez effectivement très bien ne rien toucher à votre site Internet et ceux de vos clients qui l’ont mis dans leurs favoris continueront à y naviguer sans problème. C’est un fait. Pour tous les autres qui ne vous connaissent pas, c’est une autre histoire. En effet, au delà de vos clients, votre site Internet doit surtout vous servir à capter des prospects. Un étude récemment été menée auprès de 450 professionnels du référencement a montré que le passage au https était, selon eux, le sixième critère en terme d’importance à prendre en compte pour l’optimisation du référencement naturel d’un site Internet.

Comme d’autres critères techniques tels que la compatibilité mobile ou la vitesse de chargement, la sécurisation des sites Internet est donc sur le point de devenir un éléments de hiérarchisation des sites Internet. Ceux qui ne sont pas sécurisés figureront en moins bonne place des résultats de recherche de Google. Et ce tôt ou tard. Les classements seront chamboulés quand Google aura décidé d’augmenter la pondération de cet aspect dans son algorithme.

D’autre par, si Google pousse autant pour le passage au https, c’est aussi parce que la sécurité informatique est l’affaire de tous. Vous avez sûrement entendu parlé des attaques de gros sites Internet internationaux grâce à des virus demandant des rançons en échanges de la restitution de données confidentielles… Merck, le laboratoire pharmaceutique allemand a indiqué que les conséquences des cyber attaques dont il avait été victime avaient eu un coût direct et indirect de l’orde de 300 millions d’euros. En France, s’ils n’ont pas communiqué sur des montants, Saint-Gobain, Auchan et la SNCF, pour ne citer qu’eux, ont aussi subi de graves perturbations.
Comme toutes les informations qui circulent sur un site non sécurisé sont en clair, ça veut dire que n’importe qui de suffisamment formé et malveillant peut les lire, les copier et les transmettre…. Bien préparé, le passage au https a une incidence financière marginale, il serait dommage de subir des conséquences non anticipées et donc dramatiques pour une PME.

Quels sont les éléments préalables à prendre en compte lors de votre passage au https ?

Bon, ça y est, vous êtes convaincus, vous savez que vous devez y passer. Sage décision. Il ne faut cependant pas se lancer tête baissée parce qu’il y a certains aspects à prendre en compte de manière très sérieuse. Le passage au https équivaut à mettre ne ligne un nouveau site Internet; ni plus, ni moins. En effet, pour Google, https://www.monentreprise.com et https://www.monentreprise.com sont deux sites Internet différents. Voici donc les pré-requis :

  • procéder à une mise à jour globale du site Internet, des plugins et des extensions utilisés
  • faire une sauvegarde complète
  • vérifier le netlinking interne pour mettre en évidence les liens morts (un très bon outil pour ça : link checker de W3C)
  • faire un audit de référencement pour s’en servir comme benchmark (point de référence avant/après)

Allez, on se lance : comment fait-on le passage au https dans de bonnes conditions ?

Vous avez anticipé, vous êtes préparé, vous êtes désormais dans de bonnes conditions pour le grand saut. Entendons-nous bien : le passage au https n’est pas non plus un process extrêmement compliqué, la plupart des développeurs web et aussi les agences digitales maîtrisent très bien cette transition. Si vous avez pris les quelques précautions d’usage, vous n’aurez aucun soucis. Voici les étapes principales :

  • acheter un certificat SSL (c’est ce qui va faire en sorte que votre site Internet soit crypté) et installez-le sur le serveur
  • utiliser un outil de « search and replace » pour rediriger toutes les pages en http vers les pages en https : absolument indispensable pour éviter le contenu dupliqué, Google a horreur de ça
  • vérifier que ces redirections sont actives aussi pour les autres ressources du site Internet (images, javascript, CSS etc.)
  • refaire une passe pour vérifier à nouveau s’il ne reste pas de liens morts
  • forcer les redirections https depuis l’administration de hébergement
  • refaire le fichier robot.txt qui donne les bonnes consignes à Google sur les pages qu’il doit indexer ou pas
  • en profiter pour refaire le fichier sitemap.xml
  • soumettre le site en https à nouveau à Google via les outils pour webmaster (Google Webmaster Tools)
  • vérifiez sur linksspy.com que tout s’est bien déroulé et que votre site est bien en https
  • si c’est le cas : bravo ! Allez vous prendre un café ou tout ce que vous voulez : vous avez bien travaillé !

Conclusion : si le passage en https présente bon nombre d’avantages, le mettre en place réclame une certaine maitrise des outils liés à l’hébergement, à la sécurité et au développement web. Cela ne s’improvise pas.

Cet article Comment réussir son passage au HTTPS ? est apparu en premier sur INWIN Rennes.

]]>
Les différents types de campagnes publicitaires sur LinkedIn https://rennes.inwin.fr/blog/2017/11/04/les-differents-types-de-campagnes-publicitaires-sur-linkedin/ Sat, 04 Nov 2017 10:36:42 +0000 https://rennes.inwin.fr/?p=6015 LinkedIn, c’est 500 millions d’utilisateurs inscrits dans le monde et 1 million d’utilisateurs quotidiens en France. Autant dire que cela représente des opportunités intéressantes en termes de promotion. L’animation de campagnes publicitaires sur LinkedIn reprend des mécaniques connues sur Facebook, Instagram ou Twitter mais avec une audience spécifique. Si vous souhaitez faire la promotion d’un nouveau produit ou […]

Cet article Les différents types de campagnes publicitaires sur LinkedIn est apparu en premier sur INWIN Rennes.

]]>

Le post sponsorisé pour inciter les membres à interagir

Comme sur Facebook, Instagram ou Twitter, le post sponsorisé dans LinkedIn apparaît dans votre fil à la même place qu’un message publié par l’un de vos contact. il est donc assez difficile de passer à côté. Néanmoins, pour que l’impact soit maximal sur votre audience, il est très important de respecter certaines règles :

  • utiliser un visuel qui attire l’attention (la présence d’une image engage au moins 7 fois plus)
  • trouver une accroche de nature à engager
  • mettre en ligne une landing page spécifiquement dédiée (il s’agit de la page que va visiter l’internaute après avoir cliqué)

Le gros avantage est que LinkedIn dispose d’énormément d’informations sur son propre réseau et qu’en plus, ce sont les utilisateurs eux-mêmes qui mettent à jour les informations. Cela veut dire que si vous voulez toucher les responsables de production qui ont plus de 35 ans, qui ont plus de 5 ans d’expérience, qui sont en poste depuis au moins 2 ans dans une entreprise de plus de 20 salariés à Clermont-Ferrand, c’est possible !!! Et ce, même s’ils ne sont que 5 ! Deux possibilités pour la facturation de ces publicités : soit au clic (au tarif moyen de 2 à 3€ par clic) soit au CPM (Coût Pour Mille affichages) facturé, là encore 2 à 3€. Sachant que le taux de clic est d’environ 1 pour 1000, cela revient donc sensiblement au même !

La bannière publicitaire pour travailler l’image et le volume d’affichage

Même si, comme nous le disions plus haut, c’est une méthode un peu ancienne, le display a malgré tout fait ses preuves… Sur LinkedIn, les bannières publicitaires sont présentes en haut et à droite de la page. Elles sont limitées à 4 unités dans 2 formats différents. C’est un dispositif qui devra être privilégié pour travailler l’image de l’entreprise à moindre coût. Là encore, la facturation peut se faire au clic ou au CPM et les recommandation sont les mêmes que pour le Sponsored Content : l’image, l’accroche et la landing page.

L’InMail sponsorisé : l’arme ultime au taux de transformation imbattable

Dernière possibilité pour toucher une cible très précise : le message envoyé directement dans la boite de réception de la messagerie Interne de LinkedIn. On s’apparente en fait ici à une technique quasiment aussi invasive que le SMS : il faut donc manier cet outil avec précaution parce qu’on peut vitre être identifié comme un spammeur. En terme d’image, cela peut avoir de fâcheuses conséquences. Pour peu qu’on fasse la promotion d’un produit ou service très compétitif ou disruptif, les avantages sont tout de même importants : être quasiment certain de toucher l’audience ciblée, un taux de clic de 15% et plus ce qui est absolument exceptionnel.

Il y a malgré tout quelques inconvénients :

  • il n’est pas possible de savoir précisément à qui les messages sont remis
  • le coût est assez élevé puisqu’il s’établit à un minimum de 40 centimes/message

Piloter les campagnes publicitaires sur LinkedIn

Dernier avantage de la publicité ciblée sur le premier réseau social professionnel du monde, c’est le tableau de bord qui permet de pouvoir aisément mesurer le ROI (le retour sur investissements) de ses dépenses. On accède ainsi à tout un tas d’informations essentielles au pilotage d’une campagne webmarketing : le nombre et le taux de lecture, le nombre et le taux de clic etc.

Cet article Les différents types de campagnes publicitaires sur LinkedIn est apparu en premier sur INWIN Rennes.

]]>